Skip to main content
Bienvenue sur Parentsconnectés.be, la version francophone adaptée du site Medianest.be
ParentsConnectés, site web pour les parents sur l'éducation aux médias
Image
MediaNest - Thema's
Thèmes

Découvrez tous nos thèmes, des médias sociaux et des jeux en ligne à la cyber-intimidation en passant par la publicité et la confidentialité.

Image
MediaNest - Leeftijden
Age

Recherchez à partir de l’âge de votre enfant, de 0 à 18 ans!

Relations & sexualité

Mon ado est-il punissable s’il partage des images à caractère sexuel ?

Le fait, pour les jeunes, de réaliser et de partager des photos ou des vidéos à caractère sexuel fait partie de leur développement sexuel. Mais ils doivent être bien conscients qu’ils ne peuvent pas se permettre tout et n’importe quoi, également au regard de la loi. 

Sexting = pédopornographie ?

Si des jeunes postent des photos de nus, un juge pourrait considérer cela comme de la pédopornographie. Loin de nous, aux États-Unis, la loi sur la pédopornographie a déjà été appliquée pour sanctionner des jeunes qui avaient pris des photos à caractère sexuel d’eux-mêmes ou de camarades. 

Selon la législation européenne également, le sexting entre mineurs peut être considéré comme de la pédopornographie, mais récemment, le législateur européen a prévu la possibilité de ne pas rendre punissables les jeunes qui échangent des images intimes avec l’autorisation de tous et pour leur propre usage. Cette possibilité n’a pas encore été consacrée en Belgique. 

Quand le sexting est-il admis ?

Le consentement joue un rôle crucial. Cela signifie que le sexting est admissible lorsque votre fils ou votre fille, sans y être contraint, autorise la prise et l’échange de photos à connotation sexuelle, et que ces photos ne sont pas diffusées plus avant ou postées en ligne. 

Quelles formes de sexting ne sont pas admises ?

La prise, la diffusion ou le transfert de photos à connotation sexuelle de mineurs sans leur autorisation peut constituer une violation non seulement du Code pénal, mais également de la loi sur la protection de la vie privée et du droit à l’image.

Plus sûr si les jeunes ne sont pas reconnaissables

Même si, dans certains cas, le juge se montre tolérant vis-à-vis de l’échange d’images à caractère sexuel, il vaut toujours mieux que les jeunes veillent à ne pas être reconnaissables. Cela les protège aussi contre le cyberharcèlement.

Vérifiez également les conditions d’utilisation des sites de réseaux sociaux

Les sites des réseaux sociaux ont également des règles concernant le partage de textes ou d’images à caractère sexuel. Il est donc conseillé que votre fils ou fille lise ces conditions générales.

Vos enfants peuvent également alerter eux-mêmes le site d’un réseau social en cas d’abus, mais ces sites ne réagissent pas toujours à ce type d’alerte.

 

Vous avez un problème ?

Vous ou votre ado pouvez contacter Clicksafe.be.